Théâtre

La Ferme des animaux | George Orwell, Christian Denisart

| Théâtre

De George Orwell, mise en scène Christian Denisart
Avec Miguel Québatte, Fred Ozier, Vincent Bonillo, Jean-Luc Borgeat, Jean-Michel Potiron, Marie-Madeleine Pasquier, Shin Iglesias, Marie Fontannaz, Benjamin Knobil, Loredana von Allmen, Pascal Schopfer, Olivier Havran, Lee Madderford et Coralie Desbrousses

La Ferme des animaux, une pièce d'après George Orwell mise en scène par Christian Denisart à découvrir au Théâtre du Jorat à Mézières les 20 et 21 avril 2018.

On dit que l’homme descend du singe – lequel descend plus volontiers de l’arbre. Et si, en réalité, l’homme descendait du cochon? Et se comportait parfois comme tel. C’est toute la question de la part animale de l’être humain.

Dans La Ferme des animaux, George Orwell imaginait en 1945 la fable suivante. Stimulées par les idéaux d’un vieux cochon (Sage l’Ancien), les bêtes se révoltent contre leur maître et fermier afin de mener une vie autonome dans l’égalité et la paix pour tous. La ferme est gérée comme une collectivité en apparence soudée. Mais d’une façon insidieuse, les cochons vont prendre le pouvoir, balayer cette démocratie douce et installer une dictature.

L’écrivain et journaliste anglais George Orwell stigmatisait à l’époque le stalinisme et toute forme de totalitarisme. Manipulation de masse, démagogie, abus de pouvoir : on ne peut pas dire que le monde ait beaucoup changé depuis dans un certain nombre de pays, gouvernés par des dirigeants félons. La légende veut que tout soit bon dans le cochon. Il faut croire que non, selon Orwell.

Son texte est porté à la scène par Christian Denisart, fondateur de la bien-nommée compagnie Les Voyages extraordinaires. On lui doit des spectacles insolites et forts comme la Pamukalie, Festen, 20'000 lieues sous les mers, Robots et L’Arche part à 8 heures. Il est ici entouré par une superbe brochette de comédiens et musiciens romands, dans une scénographie qui s’annonce inventive. Et quand on dit brochette, il ne s’agit pas de passer à table. Mais de se laisser emporter par le talent d’artistes au service d’une fable visionnaire. En quelque sorte, le conte est bon


Voir les infos pratiques
Ville de Genève - Ciné-concert Le mécano de la générale