Danse

Nothing left | Tabea Martin

| Danse

Avec Miguel do Vale, Tamara Gvozdenovic, Maria de Dueñas Lopez, Lohan Jacquet, Emeric Rabot, Daniel Staaf, Panos Malactos, Daniela Escarleth, Romo Pozo

Nothing left, une chorégraphie de Tabea Martin à découvrir le 4 décembre 2020 au Théâtre de Vidy, Lausanne, en partenariat à avec le Festival de Danse Steps.

La chorégraphe Tabea Martin explore des situations sociales concrètes du point de vue du corps, par la danse.

Dans sa nouvelle création, elle s’intéresse à la manière dont nous réagissons à la mort de l’autre, proche ou lointain – à nos chagrins, rituels, fêtes ou dénis face à la douleur.

Tabea Martin conclut avec Nothing left (Rien ne reste) une trilogie consacrée au passage de la vie à la mort: la danse, éphémère par essence, devient le médium idéal pour explorer le fugace et l’intangible. Après s’être intéressée à la finitude de notre propre corps (This is my last dance, Programme Commun 2018) puis aux rêves enfantins de l’éternel (Forever, Vidy 2019), elle observe aujourd’hui les effets de la mort de l’autre sur nous – quand le corps de l’autre n’est plus que mémoire, que le dialogue devient monologue puis silence, rituel ou fête.

Si la mort marque une fin, elle est aussi le début d’un processus d’élaboration du deuil, dont les différentes phases entraînent des réactions multiples, physiques et psycholo- giques. Entre la compassion, le sentiment d’impuissance et le déni, vivre la mort de l’autre est une expérience déroutante – commune à tous, quand bien même nous la refoulons et qu’il reste difficile d’en parler.

C’est cette mise à distance de la mort que Tabea Martin entend dépasser et interroger par la danse. Loin d’elle pourtant l’idée de dramatiser: maniant aussi bien l’humour et l’ironie face à nos insuffisances qu’attentive aux vulnérabilités, la chorégraphe entraîne huit danseurs et danseuses dans les variations inattendues de notre présence éphémère.


Voir les infos pratiques