Publié le 27/03/2020 à 17:51

L’OSR avec Mahler et Piemontesi en 2020-2021

«Les raisons de programmer Mahler sont double: permettre au public de mieux connaître un des grands compositeurs de l’histoire de la musique, et en offrir la conception très personnelle de notre directeur musical»

 

Steve Roger, directeur général de l’OSR, présente la Saison 2020-2021 de l’institution. Celle-ci visitera régulièrement l’oeuvre de Gustav Mahler, dont trois symphonies, des cycles de Lieder, et un quatuor seront interprétés, le plus souvent dirigés par le directeur musical Jonathan Nott.
Pour la première fois, l’OSR accueille en résidence un instrumentiste: le pianiste tessinois Francesco Piermontesi. Jeune soliste ayant déjà collaboré avec les plus grands, il aura l’occasion de développer une complicité avec l’orchestre au fil de sonates, de pièces pour musique de chambre, d’une tournée et d’un enregistrement. Une Master Class à la Haute Ecole de Musique (HEM) de Genève figurera également à son programme.

Parmi les nombreux événements de la saison, il faut citer la création suisse d’une commande de l’OSR, Reflections, une pièce pour piano et orchestre du compositeur genevois Michael Jarrell. Enfin, Steve Roger s’exprime ici sur le sort des concerts annulés du printemps 2020. Perdus à jamais ou au revoir?

 

Les œuvres de Mahler seront proposées tout au long de la saison. Comment présenteriez-vous le compositeur?

Steve Roger: Il y a des repères qui font que tout le monde connaît sa musique, mais sans forcément savoir qu’elle est de lui. Le cinéma a régulièrement recours à ses œuvres. Je pense naturellement au 2ème mouvement de la 5e Symphonie, utilisé par Visconti dans Mort à Venise. En même temps, c’est un compositeur très délicat à appréhender. Ses symphonies sont complexes. Pour être appréciées et comprises, elles exigent des conditions d’exécutions optimales. Il a peut-être ceci en commun avec Chostakovitch : d’être à la fois un compositeur réputé difficile, et d’être l’un des plus interprété aujourd’hui dans le monde.

 

 

Le public doit donc s’attendre à redécouvrir Mahler?

Vous constaterez que la plupart des concerts de notre saison dans lesquels il sera présenté seront dirigé par notre directeur musical Jonathan Nott. C’est un de ses compositeurs de prédilection. Il défendra à Genève et à Lausanne sa conception de Gustav Mahler. Les raisons de le programmer sont donc double: permettre au public de mieux connaître un des grands compositeurs qui a un style unique dans l’histoire de la musique, et d’en offrir la conception très personnelle de notre directeur musical.

 

Pour cette saison 2020/2021 l’OSR accueille en résidence le pianiste tessinois Francesco Piemontesi. Qu’est-ce qui a déterminé ce choix?

La volonté d’inviter un jeune artiste suisse qui joue déjà avec les plus grands et qui s’est déjà régulièrement produit à Genève. Le choix s’est opéré aussi en fonction de son répertoire extrêmement varié, immense. Le public pourra l’entendre s’illustrer dans des univers musicaux aussi variés que ceux de Ravel, Messiaen ou Schumann.

 

 

Au-delà des qualités propres à Francesco Piemontesi, quelles sont les attentes?

D’habitude, un soliste arrive le lundi ou le mardi pour des concerts qui ont lieu le mercredi et le jeudi, puis il repart le vendredi. Nous allons pouvoir mieux rentrer dans son univers. Francesco Piemontesi va jouer des concertos avec orchestre, il va prendre part à des concerts de musique de chambre, il va enregistrer, partir en tournée avec l’OSR. Le public aura l’occasion de le découvrir en récital dans le cadre de la saison de Caecilia – l’OSR ne propose pas de récital. Il pourra être entendu dans toutes les situations, ce que ne peut pas faire un soliste qui arrive le lundi et part le vendredi.
Et j’ajoute qu’il doit donner une Master Class à la Haute Ecole de Musique (HEM) de Genève, et qu’il animera sans doute une conférence pour Les Amis de l’OSR.

 

Dans quelle mesure son travail avec l’Orchestre peut-il en bénéficier ?

Cela est comparable avec l’apport d’un chef permanent qui façonne le son de l’orchestre. Le claviste va pouvoir créer des liens avec les musiciens de notre orchestre, ces relations vont s’intensifier au cours de la saison. Obtenir pareille complicité n’est possible que sur le long terme. La sonorité de Francesco Piemontesi est établie, il ne va pas en changer. Mais il va tout de même y avoir fusion, mélange, entre lui et l’Orchestre. Les musiciens, qui vont apprécier son jeu lors des premiers concerts, vont progressivement s’adapter et cela va s’harmoniser.

 

 

La dernière question porte sur la fin de la saison 2019-2020. Le COVID-19 implique l’annulation de nombreux concerts, dont des créations. Le public aura-t-il l’occasion d’entendre certaines de ces œuvres ?

C’est assez compliqué, notamment parce que les programmes se préparent et se décident très en amont. Pour les reprogrammations, notre priorité ira aux commandes de l’OSR. Par exemple, personne ne peut dire aujourd’hui (n.d.l.r.: le 27 mars) si nous pourrons présenter les 27 et 28 mai à Genève et Lausanne celle passée à Yann Robin. Si ce n’est pas le cas, nous chercherons une solution. Ce ne sera pas évident, car nous avons déjà des créations prévues pour ces quatre prochaines années, mais ce sera une priorité !
Autre exemple, au moment où je vous parle, nous espérons encore pouvoir présenter Le Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn les 22 et 23 avril. Si nous devons annuler, ce sera différent car cette pièce fait partie du répertoire de l’OSR : nous savons déjà que nous aurons l’occasion de la jouer dans le futur.
Donc nous devrons évaluer la situation à la fin de la saison… Ce qui ne nous empêche pas déjà d’en parler entre nous!

 

Propos recueillis par Vincent Borcard

 

Informations, réservations:

osr.ch

STREAMINGS À L'HEURE DU CORONAVIRUS. Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, le directeur musical et artistique Jonathan Nott ainsi que le directeur général Steve Roger donnent la possibilité de (re)visionner des concerts de l’orchestre. Les streamings sont programmés sur la chaîne YouTube de l’OSR tous les mardi, jeudi et samedi de la semaine à l’heure habituelle des concerts de l’OSR. Ils peuvent être visionnés jusqu’au 31 juillet 2020.

 

Tous nos articles
Vidygital - Vidy