Théâtre

Mathieu Bertholet | Luxe, calme

| Théâtre

Texte et mise en scène Mathieu Bertholet
Avec Véronique Alain, Tamara Bacci, Rébecca Balestra, Léonard Bertholet, Mathieu Bertholet, Armand Deladoëy, Joël Hefti, Frédéric Jaccot-Guillarmod, Julien Jacquiéroz, Baptiste Morisod, Louke Petit-Taborelli, Daniele Pintaudi et Nora Steinig

Mathieu Bertholet met en scène Luxe, calme au Théâtre Vidy-Lausanne du 15 au 18 mars dans le cadre du Festival Programme Commun 2018.

Ils partent en voyage de noces en train en Suisse, elle est intimidée, lui a la tête ailleurs. Ils descendent dans un palace sur les rives du Léman. Il la fait attendre dans la chambre, monte enfin et reçoit alors un télégramme lui annonçant la mort de sa maîtresse. Et par la fenêtre, l’immuable et paisible paysage.

Parmi les points de départ de cette nouvelle création de Mathieu Bertholet, Le Premier Soir, une nouvelle de Marguerite Yourcenar, qui décrit une Suisse feutrée, élégante et sereine comme cadre contrastant d’un drame personnel. Avant elle, Goethe, Schiller et les romantiques anglais, allemands ou russes, contemporains des premiers alpinistes, avaient déjà comparé l’observation des Alpes, dont la majesté lente et magnétique masque le danger dramatique, à la contemplation de la mort. Comme si la beauté du paysage entretenait un lien étroit avec le trépas.

Mathieu Bertholet a voyagé dans cette Suisse des rivieras, des vallées profondes et des palaces avec vue imprenable. Aujourd’hui, ces paysages romantiques sont devenus le cadre idéal, calme et luxueux, pour oublier les désordres du monde, et pour un nouveau tourisme de la mort assistée attirant en Suisse de nombreux étrangers. Les palaces semblent promis à un bel avenir, dernières demeures confortables et mélancoliques pour un dernier souffle – le luxe, le calme sans la volupté.

L’auteur et metteur en scène valaisan revient de ce périple avec un récit dans lequel se croisent des trentenaires et des septuagénaires, des majordomes et des infirmiers, de jeunes Werther et des grabataires, de 1870 à 2030 indistinctement, venus trouver en Suisse un juste repos éternel. Un spectacle en forme de voyage dans le temps, rhapsodique, atmosphérique, où le souffle – des acteurs, du poème – a le premier rôle. les romantiques d’hier, les candidats au suicide assisté trouvent en Suisse de confortables chambres dans des palaces avec des vues sur des paysages splendides, idéaux et doux, devant lesquels le grandiose serein annonce la mort. Matthieu Bertholet écrit un spectacle qui mêle les époques et les âges, et où le souffle – des acteurs, du poème – a le premier rôle.


Voir les infos pratiques